Tous les articles dans "rencontre"

Adeline Klam, la délicatesse du papier, des fleurs

Portrait-Adeline-Klam

Nous avions rencontré Adeline Klam  à l’occasion d’un atelier origami qu’elle a animé lors de notre Pop up store « Mini labo l’anniversaire ». C’est le genre de rencontres qui vous donne envie d’en savoir plus et de multiplier les occasions de se revoir.

Qui se cache derrière ce nom aux allures de pseudo ?
Adeline est une créatrice passionnée de motifs et de couleur. Amoureuse du Japon, elle apprécie tout particulièrement les dessins et textiles de kimonos,  le travail subtil de la couleur…et les fleurs bien sûr !

Dans sa boutique spacieuse et lumineuse du boulevard Richard Lenoir, on trouve donc une large collection de papiers japonais à la feuille, de quoi permettre aux amoureux du papier de réaliser leurs propres créations, et toute une gamme de kits DIY, de fournitures pour les loisirs créatifs. Adeline vient de  développer un rayon de tissus japonais auxquels elle rêverait d’ajouter une gamme de tissus qu’elle aurait elle-même dessinés .

Elle propose aussi des ateliers créatifs  où adultes ou enfants  s’initient gaiement à l’art de l’origami ou de la création en papier.

A Klam couv_livre_fleurs_685px

Mais en parallèle de sa jolie boutique et de ses ateliers, Adeline trouve le temps – on ne sait comment – de présenter ses créations dans de magnifiques livres de loisirs créatifs pour les éditions Marabout, avec les sublimes photos d’Émilie du blog Griottes. La liste de leurs ouvrages, commis en complicité, est longue mais alléchante : Atelier de l’origami, Fêtes en papier, Bijoux Origami, Mes petites Kokeshi…

C’est à l’occasion du dernier paru, Atelier de fleurs en papier, que l’adorable Adeline nous a invitées avec nos consœurs de George & Rosalie pour un atelier très très privé dans sa boutique.

atelier-adeline-klam-1

Ce fut un de ces moments privilégiés, hors du temps, ou l’on se retrouve autour d’un thé juste pour le plaisir de la création manuelle et du papotage bien sûr !

Une fois tout le matériel disposé sur la grande table, il ne reste plus qu’à suivre les doigts agiles et les conseils de notre charmante hôtesse.

Et hop ! Voilà une première couronne de fleurs de lin (ci-dessus) très facile à faire avec la perforatrice adéquate !

atelier-adeline-klam2

La souplesse du papier crépon permet de reproduire parfaitement le pétale des renoncules ou de coquelicot, encore plus simple à réaliser.

Avec l’immense avantage qu’ils ne perdront pas si facilement leurs pétales !

Petit plus d’Adeline : utiliser des tiges en métal, pistils et ruban adhésif de fleuriste qui apportent réalisme et délicatesse à ces bouquets.

atelier-adeline-klam3

A la fin de l’atelier, nous sommes fières et ravies de nos créations : quelques pivoines, une douzaine de renoncules, et des fleurs de sakura japonais pour fêter le printemps !

 Boutique Adeline Klam : 54 Boulevard Richard Lenoir 75011 Paris – Metro Richard Lenoir

http://www.adelineklam.com/

Portrait Adeline Klam (c) Anne Sophie Bost

 

  • Facebook
  • Twitter
28 Août, 2014

Doux Dimanche à Tokyo

Cet été j’ai eu la chance de partir à Tokyo, pour perfectionner mon japonais et faire un peu de tourisme. Un de mes quartiers de prédilection était Omotesando. Une avenue très animée, remplie d’une faune hétéroclite (de Japonais mais aussi de « gaijin », touristes, bien sûr) attirée par les grandes enseignes internationales. Dès que possible, il faut se perdre dans les rues adjacentes pour découvrir des boutiques de taille plus modeste, des petits coiffeurs et des cafés tranquilles.

C’est là, dans ce dédale de petites rues du Tokyo pointu, que se trouve la galerie Doux Dimanche.

 

Paumes_1 IMG_3070

J’ai rendez-vous avec Fumie Shimojisa fondatrice. Nous nous installons dans un de ces petits cafés au 1er étage d’une boutique de mode du quartier. Fumie est une Japonaise parfaitement à l’aise avec les deux cultures. Entre Paris et Tokyo, elle a su prendre le meilleur des deux… Avec son mari Hisashi Tokuyoshi, ils ont vécu plusieurs années en France. Ensemble, ils ont créé la maison d’édition Paumes, dont les petits livres (format japonais oblige) sont bien connus chez nous !

C’est grâce à l’un de ces livres qui lèvent le voile sur les intérieurs d’artistes et de créateurs français que nous les avons rencontrés à Paris pour la première fois, lorsque Caroline les a reçus chez elle. C’est aussi Fumie qui nous a présenté notre principal client japonais.

Tout en dégustant de délicieuses pasta aux saveurs japonaises, je lui demande de me raconter l’histoire de Paumes. Elle commence à Paris avec la rencontre de créateurs parisiens. A leur retour au Japon en 1997, Fumie devient leur agent et les fait au découvrir au public japonais, notamment à travers les photographies d’Hisashi. De fil en aiguille, d’agent et photographe ils deviennent éditeurs…

Le nom Paumes vient de l’ancien Jeu de paumes et évoque une sorte de ping pong entre les créateurs français et le Japon !

 

Paumes_3 IMG_2014p

ici, leur dernier livre paru : Paris Yum-Yum Kitchens

Les livres de Paumes  passionnent les Japonais qui n’ont souvent ni l’espace ni le droit de décorer leur appartement comme ils le voudraient. Et bien que les textes soient en japonais, ils se vendent aussi à travers le monde entier !  La sélection de lieux, les photos d’Hisashi Tokuyoshi et les illustrations de Kei Yamazaki y sont pour beaucoup.  Partis de Paris, explorant des thèmes aussi variés que les cuisines, les jardins, les chambres d’ados, Hisashi avec l’équipe parisienne de Paumes, a rencontré quantité de créateurs à Londres, Stockholm ou encore Amsterdam.

 

Paumes_6 IMG_3075

En dessous de leurs bureaux à Aoyama, Fumie et Hisashi ont ouvert la galerie Doux Dimanche qui présente régulièrement le travail d’artistes, Japonais ou étrangers. Quand je suis passée, c’était l’artiste japonaise Yumi Kitagishi qui exposait et proposait un atelier manucure totalement kawaii ! J’ai adoré ses papiers-cadeaux et ses tampons si mignons, les souvenirs les plus craquants à rapporter de Tokyo.

Sophie

  • Facebook
  • Twitter
3 Juil, 2014

Klin d’œil aux sœurs Capman

interview nini & milie 2

Rencontre avec Emilie et Virginie Capman, dites Milie et Ninie, organisatrices du Klin d’œil.

Les sœurs Capman et Mini labo c’est une histoire de chemins qui se croisent et se recroisent jusqu’à former une longue tresse … Le fait que Virginie habite dans le même quartier que Caroline et Sophie de Mini labo et qu’Emilie habite dans le quartier de notre atelier multiplie bien sûr les occasions de rencontres fortuites et fort agréables !

Mini labo : Virginie, nous avons fait ta connaissance lorsque nous vendions notre collection à la boutique Notsobig à Paris où tu travaillais, au tout début de Mini labo. Puis tu nous a présenté ta sœur, Emilie, graphiste et designer textile, éditée chez Mon Petit Art, tout comme nous.

Aujourd’hui tu travailles chez Merci et tu fais aussi plein de choses de tes 10 doigts, et notamment broder au sein des Miniatures, une jolie affaire de famille avec votre maman Toots… Quoi d’autre encore ?

Ninie : En ce moment je fais de la peinture… de décor pour Merci ! Mais à part le Klin d’œil, c’est tout. Mais c’est déjà beaucoup et j’adore ce que je fais. Nous sommes une super équipe chez Merci. D’ailleurs le soir, on prolonge souvent la journée par un verre ensemble ! Certains collègues nous donnent même un coup de pouce sur Klin d’œil.

interview nini & milie

 

 Mini labo : Justement, d’où vous est venue la première idée d’expo-vente de créateurs, le Supermarket ?

Milie : Au départ c’est un truc de copines avec Fifi Mandirac. Je participais à ses ventes privées chez elle dans son superbe loft dans le 18ème. Et puis elle a déménagé à Saint-Denis et elle s’est dit que ce serait plus difficile de faire venir les gens chez elle… C’est autour d’un thé avec une amie Karine, qu’elles ont pensé à un espace dans Paris, et c’est tombé sur la Cour du marais à Paris.

 Mini labo : Oui on y était à cette première édition de Supermarket, en mai 2010 !

Milie :  Exactement. Et là, on visite le lieu, on a un coup de cœur immédiat mais on se dit « C’est énorme en fait ! ». Alors on a demandé à la ronde « Qui a envie de venir de le faire avec nous ? »et tout est parti de là. Au départ, je devais juste faire le graphisme en échange de mon stand mais rapidement ma sœur nous à rejoint dans l’aventure.  Il y avait Katia ma super copine la chanteuse, et puis Edouard son mari passionné de cuisine qui s’est occupé de la buvette, les ateliers kids avec ma copine Virginie Will. Chacun est venu avec son propre réseau et, de proche en proche, on a réussi à remplir le lieu ! En fait on a monté le truc à l’envers ! On n’avait pas vraiment de projet précis en tête juste envie de faire une jolie fête, comme une grande kermesse mais avec une sélection soignée.

 Mini labo : Préparer un événement comme le Klin d’œil, c’est difficile, non ? Quel est le secret de la bonne ambiance selon les sœurs Capman?

Ninie : Avec peu de moyens, un peu de récup’, de bon sens, de bonne volonté, on essaye de faire quelque chose de beau. L’idée c’est de rassembler des gens qu’on aime bien avec qui on fait des choses créatives et sympas. Nous avons  autour de nous toute une équipe bénévole, nos amis, parents, mes collègues de Merci, nos chéris, que l’on appelle le KLIN… Au final il y a une espèce de lien qui se crée, et d’année en année le réseau grossit.

Au début c’était « Hmmm…  » et à la fin c’était « Ouais, vas-y on va faire le tour du monde ! » D’ailleurs, ce soir, juste après nous avons une réunion avec nos bénévoles enfin… c’est plutôt un apéro !

Milie :  Je suis convaincue qu’on peut faire autre chose dans cette société que seulement de l’argent. On se rend compte qu’ensemble avec de la bonne volonté on peut faire belles choses, en y croyant et en étant sincère on peut y arriver. On gagnera peut-être pas d’argent mais plein de belles rencontres.

Par exemple avant de lancer le Klin d’œil au Carreau du Temple il fallait trouver en une semaine 30 créateurs qui nous suivent. Sans leur soutien immédiat et inconditionnel, on n’aurait pas pu relever le défi. Cette date nous a été proposée suite à un désistement… du coup on avait que 2 mois et demi pour tout organiser – une folie car normalement cela nous prend plutôt 6 mois !! Mais l’endroit venait d’être restauré et de ré-ouvrir, on s’est tous dit « C’est le moment, il faut y aller maintenant ! »

Ninie : Et au final, on est très contentes ! Les créateurs et les visiteurs ont passé un si bon moment qu’ils nous disent « Vous ne pouvez pas vous arrêter » et même le Carreau du Temple nous réclame une nouvelle édition. D’ailleurs, nous remettons ça pour la 2ème fois au Trabendo.

 

interview nini & milie 3

 Mini labo : Cette prochaine édition du Klin d’œil aura lieu  les samedi 12 et dimanche 13 juillet. On adore votre présentation :

Kraft & Food & Music

Sur une main, sur un pied, dansez, dansez,
Klin d’œil envoie valser les clichés.
Saveurs mélodieuses, goûteuses musiques,
caressantes images, au Trabendo cet été
Klin d’œil ouvre le bal.
Les 12 et 13 juillet 2014, créateurs de coups de cœur,
ateliers à rêver, capoeira, swing, food trucks, galeries,
DIY, sérigraphie, djs : dans le vert, dans le frais, dansez, dansez, assis, débout, en transats allongés.

 Mini labo : De qui est le texte ?

Milie :  Ahh ! c’est notre Mr Edouard ! le meilleur concepteur-rédacteur et super ami (c’est le même mari de Katia qui cuisine très très bien ). Il adore les mots, on se connaît depuis plus de 10 ans, on est très connectés, je lui envoie les visuels que je crée et il pose ses mots. Il est très fort en Haïku, en voici qui représente bien l’esprit de Klin d’œil:

«  Regarde ! un peu, un vœu , tu peux »

 

 Mini labo : Milie, tu te définis comme designer textile, graphiste, scénographe, coloriste, photographe, brodeuse… Quel est ton parcours ?

Milie : J’ai fait design textile à Olivier de Serres. Puis j’ai travaillé chez Robert le Héros sous la direction artistique de Corine Hellein. Au début je devais rester 2 mois et je suis restée 5 ans ! J’y faisais du design textile, j’ai notamment dessiné les collections florales Robert le Héros pour Monoprix, pour Quo Vadis en papeterie… J’y ai appris plein de choses, c’est de là et de Corinne que je tiens ma façon de travailler, mon côté hyperactif et débrouillard. Quand ils se sont séparés en 2007, je me suis mise à mon compte en free lance.

Aujourd’hui je travaille sous plusieurs « signatures » : Comptine du quotidien, avec au début les poupées Lucky Charms Dolls vendues chez Notsobig et à l’étranger, et puis j’ai créé Pierre Feuille Ciseaux pour répondre aux différentes demande de mes clients.

J’ai toujours eu des projets très variés, je dessine des imprimés pour des collections enfants, monte des gammes de couleurs pour Tefal… Je suis aussi éditée sous mes propres signatures chez les Japonais de Mark’s (papeterie, masking tape) ou pour Zazou Editions un petit éditeur français qui réalise de belles cartes en papier découpé. Ce sont toujours des rencontres, des connexions qui me mènent d’un projet à l’autre.

interview nini & milie 4

 Mini labo : Voilà à peu près 10 ans que l’on se connaît, 10 ans c’est quoi pour vous ?

Milie et Ninie : Oulalala, c’est passé vite ! 10 ans c’est l’âge idéal, on est encore plein de naïveté, mais on se sent assez grand pour conquérir le monde, et je pense que l’on a gardé cet état d’esprit… Sinon on n’arriverait pas à faire tous ces projets !

 

 Mini labo : Sur quel objet (qui n’existe pas encore) auriez-vous envie de voir des imprimés Mini labo ?

Milie et Ninie : Des collants ou des chaussettes ça serait canon !  Merci les Mini labo pour cet interview autour d’une citronnade…

Merci à vous et merci à la Chambre aux oiseaux 48 rue Bichat 75010 Paris de nous avoir accueillies en cette belle journée d’été !

La prochaine édition du Klin d’œil aura lieu samedi 12 et dimanche 13 juillet

au Trabendo sur le  Parc de la Villette, 211 avenue Jean Jaurès, 75019 Paris.

  • Facebook
  • Twitter
19 Fév, 2013

Comme une image

La sortie d’une nouvelle collection est toujours l’occasion d’une séance photo. Cette année, notre photographe bien-aimé, avec lequel nous avions développé une grande complicité au fil des années, nous a annoncé qu’il ne serait plus disponible. C’est alors que nous sommes tombées sur les belles images de Mélanie Rodriguez. Sa manière de capter la lumière naturelle, ses compositions simples et l’émotion de ses polaroids nous ont touchées. Lorsqu’elle a accepté de mettre en images nos dernières créations, nous étions ravies !

Cette première séance « à la maison » chez l’une des créatrices de Mini labo nous a conforté dans notre choix. Voici le résultat dans ce polaroid de notre nouveau sac Oiseau chez Atomic soda.

Nous vous invitons à découvrir son travail sur son blog.

(c) mélanie rodriguez

  • Facebook
  • Twitter
Suivez nous ! Facebook Twitter

A propos de Mini labo

Mini labo est un studio de création parisien et une marque d'objets du quotidien. Créé par Caroline Diaz, Céline Héno et Sophie Adary, en 2014 il a fêté ses 10 ans.